Un homme a attaqué des militaires à l'arme blanche, vendredi matin, près du musée du Louvre, à Paris, avant d'être grièvement blessé par le tir d'un soldat.

Selon le préfet de police de Paris, Michel Cadot, l'assaillant, armé d'au moins une machette, «s'est précipité sur les policiers et les militaires» au Carrousel du Louvre, près du musée, a proféré des menaces et crié «Allah Akbar». Le militaire a tiré cinq balles et atteint au ventre l'assaillant. «Je pense qu'il s'agit d'une attaque d'une personne qui avait une volonté d'agresser évidemment, qui était directement menaçante et qui proférait des propos laissant penser qu'elle souhaitait le faire dans un cadre terroriste», selon le préfet de police.

 

Un militaire (pas celui qui a tiré) a été légèrement blessé au cuir chevelu tandis que l'assaillant a été «blessé au ventre», a indiqué le préfet de police de Paris. «Après vérification du contenu des deux sacs qu'il avait sur le dos, nous avons constaté qu'il n'y avait pas d'explosifs», a-t-il dit. Cette agression est «visiblement» une «attaque à caractère terroriste», a indiqué le Premier ministre, Bernard Cazeneuve. Cette attaque survient dans un contexte de menace jihadiste élevée en France, frappée par une série d'attentats jihadistes sans précédent depuis plus de deux ans.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête, a annoncé le procureur de la République de Paris, François Molins, dans un communiqué. L'enquête est ouverte pour «tentatives d'assassinats aggravés en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle», précise le parquet. Les investigations sont confiées à la section antiterroriste de la Brigade criminelle (SAT) et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).